L’orthèse de protrusion mandibulaire en cas d’apnée du sommeil | Inspire

L’orthèse de protrusion-
mandibulaire- une option
thérapeutique en cas d’apnée du sommeil

L’orthèse de protrusion mandibulaire, aussi appelée «gouttière anti-ronflement» par bon nombre de personnes, est aussi utilisée dans le traitement d’une apnée du sommeil. Et ce, lorsque la thérapie standard par masque de CPAP a échoué et en présence d’une intolérance au masque. Mais quels coûts sont liés à une telle gouttière, quand doit-on consulter un dentiste et quelles conditions préalables doivent être remplies pour une application réussie ?

 


L’orthèse de protrusion mandibulaire

Comment fonctionne l’orthèse de protrusion mandibulaire  en cas d’apnée du sommeil?

L’orthèse de protrusion mandibulaire est une parmi plusieurs options thérapeutiques alternatives destinée aux patients atteints d’apnée obstructive du sommeil légère à modérée (AOS). Elle est plus rarement aussi appelée gouttière anti-ronflement. Le traitement standard de l’apnée du sommeil se fait actuellement par ventilation par pression positive au moyen d’un masque de CPAP. Mais bon nombre de patients n’arrivent pas à se faire au traitement ni aux effets secondaires de la thérapie par CPAP. On parle dans ces cas d’une intolérance au masque. L’échec du traitement de l’AOS par masque de CPAP a plusieurs raisons: claustrophobie, intolérances, ventre constamment ballonné, bruits dérangeants au cours du sommeil - elles expliquent toutes pourquoi près de la moitié des personnes atteintes d’apnée du sommeil interrompent tôt ou tard le traitement. Différentes options thérapeutiques s’offrent à ces patients. Et l’orthèse de protrusion mandibulaire  en fait partie.

Découvrez ici comment fonctionne le traitement au moyen de l’orthèse de protrusion mandibulaire, comment la régler, les maladies qu’elle permet de traiter, pourquoi on l’appelle aussi la «gouttière anti-ronflement», quels effets thérapeutiques on peut en escompter et quels effets secondaires sont susceptibles de se produire.

L’orthèse de protrusion mandibulaire – difficile à prononcer, ce n’est qu’une fois ce terme décomposé que l’on comprend mieux à quoi l’on a à faire. Il s’agit d’un système à double gouttière pour la mandibule et le maxillaire qui permet de faire légèrement avancer la mandibule et la langue. Les gouttières pour mandibule et maxillaire sont fabriquées sur mesure en plastique transparent et sont reliées par le biais de barres latérales. La mesure de la mâchoire et un examen préalable permettant de clarifier les conditions préalables nécessaires à la confection d’un orthèse de protrusion mandibulaire nécessitent aussi une consultation dentaire.

La protrusion, c’est-à-dire l’avance de la mandibule, doit permettre de stabiliser les voies respiratoires au cours du sommeil ainsi que de prévenir leur rétrécissement ou leur obstruction afin d’éviter tout arrêt respiratoire. Il en résulte une légère tension exercée sur la région pharyngée qui par conséquent s’étend. Les muscles du pharynx sont ainsi stabilisés et empêchés de se relâcher, ce qui contribue à garder les voies respiratoires libres. Il est simultanément nécessaire d’empêcher la langue de s’affaisser vers l’arrière et ainsi de bloquer les voies respiratoires. C’est la raison pour laquelle ont utilise les gouttières de protrusion mandibulaire aussi contre les ronflements, provenant notamment de la base de la langue.

Un orthèse de protrusion mandibulaire n’est portée que pendant le sommeil. Il est donc important que son application ait lieu de manière systématique et à long terme, en clair: tout au long de la vie. On recommande le recours à des gouttières de confection personnalisée. Pour ce faire, un empreinte individuelle des dents est appliquée sur une gouttière à réglage flexible. 

Les modèles de gouttière fabriqués en série ne peuvent concurrencer ces dispositifs.


Le saviez-vous? Les orthèses de protrusion mandibulaire  sont aussi efficaces en cas de ronflements

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de la gouttière anti-ronflement? Aussi appelée gouttière de protrusion mandibulaire, elle est utilisée en cas d’apnée du sommeil légère et modérée et son fonctionnement explique son nom familier, car elle contribue aussi à lutter contre les ronflements. Près de 40 % des personnes vivant dans les pays industrialisés, ainsi que 60 % des hommes de plus de 50 ans ronflent (près de 40 % chez les femmes). Chose intéressante: le processus mécanique à l’origine des bruits de ronflements inoffensifs est le même qui, sous sa forme extrême, peut aussi provoquer l’obstruction intégrale des voies respiratoires dans le cadre d’une apnée obstructive du sommeil.

Les ronflements traduisent un rétrécissement des voies respiratoires supérieures souvent induit par un relâchement des muscles du pharynx au cours du sommeil ou un affaissement de la langue vers l’arrière. Les muscles, et donc ceux du pharynx et de la base de la langue, se relâchent toujours plus avec l’âge. Le rétrécissement qui en résulte accélère dont le débit d’air entrant et les différentes structures molles des voies respiratoires supérieures, telles que le voile du palais, commencent alors à entrer en vibration. C’est alors qu’apparaissent les sons typiques du ronflement. Plus les voies respiratoires sont étroites, plus l’air inspiré est rapide et plus la vibration est importante. Mais le relâchement progressif des muscles de la respiration s’accompagne aussi de l’aggravation du risque d’obstruction intégrale des voies respiratoires au cours du sommeil. Et là, les ronflements inoffensifs deviennent dangereux.

L’apnée obstructive du sommeil ne se caractérise donc pas uniquement par un rétrécissement, mais aussi en définitive par une obstruction intégrale des voies respiratoires supérieures, ce qui se traduit alors par la survenue de dangereux arrêts respiratoires au cours du sommeil. Les ronflements particulièrement bruyants et énergiques peuvent donc aussi constituer un symptôme du syndrome d’apnée du sommeil (plus les voies respiratoires sont rétrécies, plus le débit d’air s’accélère et plus les ronflements sont bruyants).

Un orthèse de protrusion mandibulaire permet de tenir la mandibule en position et de la faire avancer afin de prévenir tout rétrécissement des voies respiratoires. La langue ne peut ainsi pas s’affaisser dans la région du pharynx et les muscles de cette zone restent sous tension, ce qui prévient tout relâchement. Plus aucun rétrécissement ne se produit et le flux d’air respiré ralentit. Les arrêts respiratoires sont empêchés et les ronflements sont aussi atténués.

Il ne s’agit néanmoins pour les patients atteints d’apnée du sommeil «que» d’un agréable effet secondaire, car le traitement par l’orthèse de protrusion mandibulaire a en effet pour objectif de prévenir l’obstruction dangereuse des voies respiratoires au cours du sommeil. En l’absence de tout traitement, une apnée du sommeil peut en effet s’accompagner de complications et d’effets secondaires bien plus graves que les seuls ronflements gênants.


Traiter l’obstruction des voies respiratoires supérieures à l’aide de l’orthèse de protrusion mandibulaire 

Les thérapies de l’AOS, à l’instar de l’orthèse de protrusion mandibulaire, ont pour objectif de prévenir toute obstruction des voies respiratoires au cours du sommeil. En effet, le relâchement des muscles respiratoires au cours du sommeil, tel qu’il provoque non seulement un rétrécissement et des ronflements bruyants, mais aussi une obstruction totale des voies respiratoires, se traduit alors par des arrêts respiratoires. Et ce, plusieurs fois par nuit. Les formes sévères d’apnée du sommeil peuvent même se traduire par plusieurs centaines d’arrêts respiratoires par nuit. Les arrêts respiratoires répétés au cours du sommeil sont ce qui rend l’apnée obstructive du sommeil si dangereuse et ils impliquent divers conséquences et risques.

Le relâchement des muscles au cours du sommeil est si important que les voies respiratoires sont à intervalles réguliers complètement bloquées et que l’apport d’air est interrompu. Et cela se reproduit nuit après nuit, souvent sans que la personne affectée ne remarque rien. Les conséquences de ces arrêts respiratoires sont graves: l’organisme n’est pas oxygéné de manière optimale et le cycle de sommeil réparateur est détruit.

Rien d’étonnant donc à ce que les personnes atteintes d’apnée du sommeil soient en permanence fatiguées en journée et qu’elles connaissent de régulières baisses de régime. Des états d’épuisement (fatigue) et/ou une dépression peuvent en découler. Et ce n’est pas tout: le syndrome d’apnée obstructive du sommeil induit aussi des maladies cardiovasculaires ou un diabète de type 2 qui ne fait pas qu’altérer la qualité de vie, mais en réduit aussi l’espérance.

Et c’est tout du moins le cas lorsque les troubles respiratoires liés au sommeil restent non traités, ce qui reste malheureusement trop souvent le cas. D’après les estimations, jusqu’à 75 % des maladies restent indétectées. Lorsque vos proches vous font souvent remarquer vos ronflements bruyants et que vous êtes simultanément fatigué en permanence au cours de la journée malgré de bonnes nuits, nous vous recommandons alors de vous rendre en clinique du sommeil afin de vous faire diagnostiquer. Parmi les autres symptômes d’AOS suspects que l’on peut remarquer figurent les maux de tête le matin ou un épuisement rapide dans l’exécution de tâches quotidiennes, comme le fait de faire le lit, de prendre une douche ou de faire les courses.


En un coup d’œil: fonctionnement de l’orthèse de protrusion mandibulaire en cas d’AOS et d’arrêts respiratoires

 

  • Les orthèses de protrusion mandibulaire sont des orthèses en plastique posées sur la mandibule ou sur le maxillaire et la mandibule.
  • L´orthèse fait avancer la mandibule en exerçant une légère pression. La langue est elle aussi légèrement avancée.
  • La protrusion de la mandibule génère une légère tension qui agrandit et maintient la région pharyngée bien ouverte.
  • Les orthèses de protrusion mandibulaire ne sont portées que la nuit.

Que permet l´orthèse de protrusion mandibulaire?

Au vu du tableau pathologique complexe, les options thérapeutiques en cas d’apnée obstructive du sommeil doivent permettre de déterminer dans quelle mesure elles influencent positivement les différents troubles et complications de l’AOS. L’Institut allemand pour la qualité et la rentabilité dans le secteur de la santé (IQWiG) a publié en 2020 un rapport sur les effets démontrés de l´orthèse de protrusion mandibulaire qu’il est possible de télécharger au format PDF. (1) Cet institut de recherche indépendant étudie la pertinence de mesures médicales ainsi que les éventuels risques associés et met les résultats à la disposition des médecins ainsi que des patients.


En savoir plus: la fréquence de l’AOS est sous-estimée

Dans un rapport publié en 2020 sur l´orthèse de protrusion mandibulaire, le SSSSC (Société suisse pour la recherche sur le sommeil, la médecine du sommeil et la chronobiologie) souligne l’énorme fréquence de l’apnée obstructive du sommeil. Les nouvelles observations de ses auteurs laissent penser qu’un nombre bien plus important de personnes sont concernées, en dépit de ce que démontraient de précédentes études. Une étude suisse menée de 2009 à 2013 auprès d’adultes âgés de 35 à 75 ans conclut que 83,8 % de l’ensemble des hommes et 60,8 % de toutes les femmes souffrent d’une apnée obstructive du sommeil. Ces chiffres couvrent toute la variété de formes d’AOS légères à sévères. D’après cette étude suisse, 49,7 % de la population masculine et 23,4 % de la population féminine souffre d’AOS modérée à sévère. (2)


Égalité d’efficacité en termes de fatigue diurne entre la gouttière et le masque de CPAP

L’évaluation de thérapies de l’AOS porte généralement en premier lieu sur l’influence exercée sur la fatigue diurne, car il s’agit en effet du principal symptôme d’apnée obstructive du sommeil. D’après le rapport de l’institut IQWiG, on peut considérer comme sûr au vu des études disponibles que la fatigue diurne de patients atteints d’AOS est améliorée par le port d’un orthèse de protrusion mandibulaire.

Dans les études examinées, les patients atteints d’AOS ayant été traités par un orthèse de protrusion mandibulaire ont été comparés aux patients n’ayant reçu aucun traitement ou portant une gouttière placebo (sans effet de protrusion). Des études ont par ailleurs été menée afin de comparer le traitement par gouttière au traitement standard de l’AOS, en l’espèce la ventilation en pression positive au moyen d’un masque de CPAP. Il s’est alors avéré que la gouttière était équivalente au traitement standard en termes de fatigue diurne. Les effets obtenus sont équivalents, au moins pour les formes d’AOS légère à modérée. Même en termes de fatigue, les données disponibles suggèrent une égalité avec le traitement par gouttière. (1)

Par ailleurs, l’influence du traitement par gouttière sur une multitude d’autres symptômes du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (AOS) a également été examinée. Les études disponibles ont été «épluchées» en ce qui concerne les effets sur la qualité du sommeil, les performances intellectuelles, les états dépressifs et les maux de tête, mais elles n’ont permis de déceler aucun bénéfice manifeste pour chacun de ces points. D’autre part, rien ne démontre qu’un traitement par gouttière soit défavorable par rapport au traitement standard. Aucune étude n’existe pour le moment sur la capacité du traitement par gouttière à prévenir les complications de l’AOS, telles que les infarctus du myocarde et à diminuer la mortalité.


Qui est éligible au port d’une gouttière ?

Dans ses lignes directrices, la société suisse pour la recherche sur le sommeil, la médecine du sommeil et la chronobiologie indique que l´orthèse de protrusion mandibulaire constitue une méthode thérapeutique qui convient à l’AOS légère à modérée. (3) Le traitement par une gouttière est une des plusieurs options offertes aux patients qui ne tolèrent pas une ventilation en pression positive. Et ces derniers sont tout sauf peu nombreux, car le traitement standard actuel est marqué par divers effets secondaires. Et par ailleurs, il n’est pas rare que l’équipement technique n’empêche un sommeil réparateur. Le besoin en méthodes thérapeutiques alternatives est donc important. Différentes procédures en sont encore actuellement à la phase de test ou ont déjà, comme pour la gouttière de protrusion mandibulaire, été intégrées à la routine clinique. Il s’agit donc d’un secteur en évolution et la valeur des différentes approches n’est pas gravée dans le marbre.

Par ailleurs, l´orthèse de protrusion mandibulaire convient aussi au traitement d’autres pathologies:

  • Rétrognathie
  • Syndrome de résistance des voies aériennes supérieures
  • Ronflements

L’AOS peut prendre diverses formes – les différentes origines

La méthode la plus appropriée à un patient donné dépend de différents aspects. Il est avant tout important de déterminer précisément ce qui provoque les arrêts respiratoires nocturnes. Car l’AOS peut en effet prendre plusieurs formes. Une apnée du sommeil peut avoir différentes origines. Différents facteurs, dont l’importance varie en fonction du patient, peuvent jouer un rôle. Durant le sommeil, l’état de tension des muscles est réduit. Il peut alors arriver que la mandibule, particulièrement si la personne dort sur le dos, se déplace vers l’arrière et rétrécisse le pharynx. Le muscle de la langue, qui à l’état relâché s’affaisse vers l’arrière, risque lui aussi dans les cas extrêmes de bloquer entièrement les voies respiratoires. Chez les personnes en surpoids, la région pharyngée est par ailleurs souvent rétrécie en raison de dépôts adipeux. Mais des rétrécissements osseux ainsi que des amygdales hypertrophiées peuvent aussi contribuer à l’interruption temporaire du flux d’air dans les voies respiratoires supérieures au cours du sommeil. La méthode de traitement choisie doit corriger les facteurs perturbateurs individuels de manière si possible ciblée.

Le choix du traitement s’oriente en outre en fonction de l’étendue selon laquelle un patient remplit les conditions préalables des différentes méthodes. L’appareillage au moyen d’un l´orthèse de protrusion mandibulaire ne peut donc s’avérer pertinent que si l’on cherche à obtenir une avance significative de la mandibule. La dentition doit par ailleurs permettre la fixation stable et sûre d’une gouttière au niveau des dents existantes. Il est également nécessaire d’exclure certaines maladies. Par exemple, la personne éligible ne doit présenter aucun trouble fonctionnel de la mâchoire susceptible de s’aggraver en raison du port de la gouttière. Les altérations arthrosiques de l’articulation de la mâchoire peuvent entraîner de tels troubles fonctionnels qui peuvent parfois s’accompagner de craquements de la mâchoire. Le patient ne doit pas non plus présenter d’inflammation chronique des gencives (parodontite) car il ne peut être exclu que des processus inflammatoires affectant le parodonte ne soient accélérés par le port de la gouttière.


En un coup d’œil: conditions préalables à la pose d´un orthèse de protrusion mandibulaire

 

  • Les circonstances anatomiques doivent permettre une avancée efficace de la mandibule.
  • Par ailleurs, l’état des dents doit permettre une fixation stable et sûre de la gouttière.
  • Les prothèses partielles et totales ne s’opposent pas de manière générale au port d’une gouttière de protrusion mandibulaire.
  • Certaines maladies, telles que les troubles fonctionnels de l’articulation de la mâchoire ou une inflammation chronique des gencives (parodontite) doivent être exclues.

Bonjour
La qualité de vie

Decouvrez la Therapie par pression de bouton - L'alternative à la CPAP.

Nous sommes ravis de votre prise de contact

Quels effets indésirables peuvent survenir?

L’orthèse de protrusion mandibulaire est une thérapie pour les patients atteints d’un SAOS léger ou modéré. Cette thérapie figure dans la liste des moyens et appareils (LiMA) de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Pour en bénéficier vous avez besoin d’un certificat du diagnostic de SAOS ainsi que d’une ordonnance de médecin pour l'orthèse de protrusion mandibulaire - tous deux délivrés par un spécialiste du sommeil. L'attelle est ensuite fabriquée individuellement par le prothésiste dentaire. Cependant chaque assuré n'a droit qu’à une attelle mandibulaire tous les trois ans.

Par ailleurs, le traitement par orthèse de protrusion mandibulaire s’accompagne du risque de descellement de plombages, de couronnes et de prothèses dentaires. Avant d’ajuster la gouttière, la dentition est soigneusement examinée et, si nécessaire, assainie. Il ne peut néanmoins être exclu que des plombages, des couronnes ou des prothèses dentaires se descellent au vu de la pression exercée par la gouttière. De faibles changements de pression peuvent en effet suffire pour déséquilibrer l’ensemble sensible que forme le maxillaire/la mandibule et les dents.


La position des dents et l’occlusion peuvent changer

Le port de la gouttière peut par conséquent s’accompagner aussi de décalages de dents et d’une modification de l’occlusion. Bon nombre de patients remarquent au début du traitement que le contact entre le maxillaire et la mandibule est «différent» notamment le matin. Mais ces troubles disparaissent dans de nombreux cas au fil du temps. Les modifications à long terme sont en revanche plus problématiques, et notamment la position des dents et leur contact. (4) Un examen par IRM (imagerie par résonance magnétique) permet de démontrer l’existence de tels changements qui ne s’accompagnent pas impérativement de troubles. D’après les connaissances actuelles, le traitement au moyen d’une gouttière de protrusion mandibulaire ne semble pas avoir de conséquences négatives sur l’articulation de la mâchoire. (4)


En un coup d’œil: effets secondaires de l´orthèse de protrusion mandibulaire

 

  • Sécheresse buccale
  • Salivation accrue
  • Sensation dérangeante de corps étranger et réflexe nauséeux
  • Sensation de tension et douleurs au niveau des dents, de la gencive et de la langue
  • Sensation de tension et douleurs au niveau des muscles masticateurs et crâniens ainsi que des articulations des mâchoires
  • Crampes des muscles masticateurs
  • Descellements de plombages, de couronnes et de prothèses dentaires
  • Troubles permanents du contact dentaire et modification de la position des dents

 


Comment se déroule le traitement par gouttière?

La prise en charge de patients atteints d’apnée obstructive du sommeil implique l’intervention de médecins de différentes disciplines. Le premier interlocuteur est en général le médecin de famille qui garde généralement la maîtrise de la procédure et coordonne les mesures requises. Des médecins du sommeil spécialisé dans les «maladies du sommeil» participent aussi au traitement et affermissent le diagnostic en clinique du sommeil. La thérapie standard de l’AOS consiste donc en une ventilation sous pression positive qui ’est néanmoins pas acceptée par bon nombre de patients. Dans un tel cas, la confection d’un orthèse de protrusion mandibulairee peut être envisagée à titre d’option thérapeutique éventuelle. Il convient ici de clarifier avant tout la cause de l’apnée du sommeil, car elle peut s’avérer être variée. Chaque AOS ne peut pas être traitée par l’allongement de la mandibule.

C’est là qu’intervient un autre médecin: le dentiste. (4) Ce professionnel ainsi que le laboratoire dentaire auquel on fait appel doit disposer d’une expérience suffisante dans la prise en charge de l’apnée obstructive du sommeil. Dans un premier temps, le dentiste vérifie si le recours à une gouttière de protrusion mandibulaire s’avère en principe possible. Il doit alors examiner en détail les mâchoires, les dents et la gencive. Le dentiste procède aussi à un diagnostic dentaire de base relatif à l’état des dents et de la parodonte. Ce n’est qu’une fois ce diagnostic posé qu’il peut ou non donner son feu vert. Il s’agit ici d’une première décision préalable reposant avant tout sur l’éligibilité de la mandibule ou du maxillaire à la pose à long terme de la gouttière de protrusion mandibulaire et si sa configuration anatomique offre une résistance suffisante. Outre l’examen des types de dentition, l’analyse fonctionnelle s’avère aussi décisive. La dentition doit en effet pouvoir offrir un ancrage solide de l´orthèse de protrusion mandibulaire. Ce n’est qu’après que le dentiste réalise l’empreinte de protrusion.


La gouttière est ajustée

Avant de pouvoir confectionner un orthèse de protrusion mandibulaire, les défauts dentaires doivent être assainis de manière exhaustive et les inflammations gingivales doivent être guéries. Toutes les autres étapes de prise en charge ont aussi lieu auprès du dentiste qui est en permanence en lien avec le premier médecin traitant. Vous, en tant que patient, participez aux importantes décisions, telles que le choix du modèle de gouttière à utiliser. L´orthèse de protrusion mandibulairee doit dans tous les cas faire l’objet d’une confection personnalisée en fonction de l’empreinte maxillaire/dentaire. Les systèmes de gouttière confectionnés – préconçus – ne peuvent faire concurrence à une gouttière personnalisée. Le positionnement correct d’une nouvelle gouttière doit être étroitement surveillé. Nous vous recommandons par ailleurs de rapporter à votre dentiste ou votre médecin de famille tout ce que vous remarquez lors du port de la gouttière, que cela soit positif ou négatif.


En un coup d’œil: les différentes étapes de la prise en charge

 

  • Diagnostic de l’apnée obstructive du sommeil en clinique du sommeil
  • Thérapie standard avec un masque de CPAP
  • En cas d’intolérance, conseil à propos des alternatives thérapeutiques possibles, telles qu’une gouttière de protrusion mandibulaire
  • Renvoi au dentiste en vue d’examens préalables à la confection d’une gouttière
  • Confection d’un orthèse de protrusion mandibulaire réalisée sur la base d’empreintes de mâchoire/dentaires
  • Contrôles du traitement par gouttière auprès d’un dentiste en coordination étroite avec le premier médecin traitant

Les coûts sont-ils pris en charge?

L’orthèse de protrusion mandibulaire est une thérapie pour les patients atteints d’un SAOS léger ou modéré. Cette thérapie figure dans la liste des moyens et appareils (LiMA) de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Pour en bénéficier vous avez besoin d’un certificat du diagnostic de SAOS ainsi que d’une ordonnance de médecin pour l'orthèse de protrusion mandibulaire - tous deux délivrés par un spécialiste du sommeil. L'attelle est ensuite fabriquée individuellement par le prothésiste dentaire. Cependant chaque assuré n'a droit qu’à une attelle mandibulaire tous les trois ans.


Une alternative convaincante: le stimulateur lingual

Outre les aspects médicaux, la satisfaction des patients
représente un critère décisif dans le choix de la thérapie. L’acceptation est d’autant plus importante que le traitement de l’apnée obstructive du sommeil est toujours un traitement à long terme. L´orthèse de protrusion mandibulaire n’est qu’une des options offertes aux patients qui ne tolèrent pas une ventilation en pression positive. Autre option thérapeutique qui enthousiasme aussi bien les médecins que les patients: l’implantation d’un stimulateur lingual. Le système thérapeutique Inspire mesure en continu le rythme respiratoire du patient. En cas d’irrégularités, c’est là qu’intervient le stimulateur implanté sous la clavicule. Ce dernier stimule le muscle lingual et évite que la langue à l’état relâché ne s’affaisse vers l’arrière et ne bloque les voies respiratoires. Les arrêts respiratoires typiques de l’AOS sont ainsi évités. Par la suite, la fatigue diurne diminue, tandis que les patients appareillés se sentent à nouveau plus performants. Et cet effet est documenté par plusieurs études menées auprès de milliers de patients. La satisfaction des patients à l’égard de la thérapie Inspire dépasse nettement 90 %. (5)





Fonctionnement de la thérapie Inspire

Plus de 15 000 patients du monde entier peuvent à nouveau dormir en toute quiétude grâce à la thérapie Inspire. Le stimulateur lingual Inspire fonctionne de manière coordonnée avec le rythme respiratoire naturel et diminue nettement les arrêts respiratoires nocturnes, sans aucun masque de CPAP.


Bonjour
La qualité de vie

Decouvrez la Therapie par pression de bouton - L'alternative à la CPAP.

Nous sommes ravis de votre prise de contact

Sources

1 IQWiG-Bericht Nr. 881: Unterkieferprotrusionsschiene bei leichter bis mittelgradiger obstruktiver Schlafapnoe bei Erwachsenen, Abschlussbericht vom 7.5.2020
2 Heinzer R et al. Prevalence of sleep-disordered breathing in the general population: the HypnoLaus study. Lancet Respir Med 2015; 3(4): 310-318.
3 Deutsche Gesellschaft für Schlafforschung und Schlafmedizin. Online verfügbar unter www.awmf.org/uploads/tx_szleitlinien/063-001l_S3_SBAS_2017-08_2.pdf; Zuletzt abgerufen: August 2020
4 Lüpke M: Die Rolle des Zahnmediziners bei der Behandlung schlafbezogener Atmungsstörungen, ZMK 2015. Online verfügbar unter: www.zmk-aktuell.de/fachgebiete/allgemeine-zahnheilkunde/story/die-rolle-des-zahnmediziners-bei-der-behandlung-schlafbezogener-atmungsstoerungen__1382.html; Zuletzt abgerufen: August 2020
5 Heiser C, Steffen A, Boon M et al. Post-approval upper airway stimulation predictors of treatment effectiveness in the ADHERE registry. Eur Respir J 2019; 53(1):1801405.